Colloque de Rotterdam

Jeudi dernier, je me suis rendu à Rotterdam pour y participer à un incentive. La plupart du temps, les événements de ce type sont perçus par mes collègues et moi comme des instants de répit hors du monde, où l’actualité du monde est bannie. Mais du fait des derniers rebondissements de l’actualité, nous avons fait une entorse à la règle, en discutant du récent choix d’indépendance du Royaume-Uni. Le triomphe des pro-Brexit a pris Bruxelles par surprise, et on a encore du mal pour le moment à percevoir les conséquences de cet événement. Néanmoins, c’est en échangeant mes impressions avec mes collègues que je me suis aperçu que pour pas mal de gens, ce sont les plus pauvres qui sont les seuls responsables de cette catastrophe. Ils ont le sentiment que nos voisins ont cédé aux sirènes du repli nationaliste, et que ce sont donc les citoyens les moins instruits qui ont voté pour cette sortie. Mais cette idée est complètement réductrice : il suffit de se pencher sur les votes pour voir que cette explication est tout à fait grotesque. De nombreux anglais disposant d’un bon statut social ont choisi le Brexit. Pourquoi ? Pour la simple question de la libre circulation des personnes. Et ce n’est en fait pas très étonnant, à bien y réfléchir ; après tout, c’est ce thème de l’immigration qui domine les débats dans la plupart des élections du monde occidental : c’est notamment cette question qui a permis à Donald Trump de remporter l’investiture républicaine si aisément. Comme toujours, ce sont les personnes les plus exposées à différentes cultures qui ont été contre le Brexit. Et celles qui ont voté pour la sortie sont comme toujours celles qui sont les moins confrontées à l’immigration. Il n’y a donc absolument pas eu un vote des élites contre un autre, stupide, du peuple, comme pas mal de journalistes l’ont suggéré. Les citoyens britanniques de tous bords ont décidé de vivre isolés sur leur île plutôt que de se confronter aux réalités du monde. Ce n’est pas une fracture sociale qui a décidé du vote : c’est une simple façon de percevoir le monde qui a pesé. En dépit de quelques discussions un peu mouvementées au cours de la soirée, j’ai quand même eu beaucoup de plaisir à suivre cet incentive. Voici d’ailleurs un lien vers l’agence qui l’a organisé : j’ai particulièrement aimé les animations parfois excentriques auxquelles nous avons eu droit, et qui nous ont même fait parfois oublier le choix de ces irresponsables rosbifs. Suivez le lien pour en savoir plus sur cet incentive aux Pays-Bas.




Published in:Uncategorized |on avril 28th, 2017 |

Both comments and pings are currently closed.



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 6 articles | blog Gratuit | Abus?